addiction garantie

Publié le par Nuts

     Ce qui frappe en premier quand on franchit le seuil du bistrot, c'est la hauteur de la poignée de porte ("midget friendly"). On se rattrape au juke-box qui diffuse Julien Clerc, et le regard enfin se pose sur le lampadaire aux lueurs rougeoyantes. Puis sur un ancien casier de tri postal, une batterie de boîtes à lettres en bois, une panoplie d'appareils-photo hors-d'âge, des graffitis sur vinyls, des rhums arrangés, des romans rangés.

     Enfin, pour dire vrai... la première fois que j'y suis entré, j'ai surtout remarqué dans l'ordre : 

   1-le sourire de la jeune femme derrière le comptoir

   2-les portraits photographiés sur le mur israélo-palestinien

   3-les dragibus dans un bocal grand format

 

   Et puis il y a du monde ; du qui mange du pot-au-feu, du qui tricote et même du qui refait le monde. Ca drague, ça raconte Ménilmontant, ça vient de loin : le monde est grand.

 

   Vu le charme de l'endroit, il est difficile d'y résister. Lorsqu'on y va, il est conseillé d'avoir prévu un rendez-vous plus tard dans la journée : ça donne une bonne raison de partir.

Parce que comme le dit l'enseigne...


 demain c est loin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Ecureuil 08/04/2013 12:27


Voilà un café des plus prometteur, qui devrait être un bon lieu de formation.


Tu sais choisir les bonnes adresses, aucun doute que la tienne sera la meilleure. 


Sinon le dessin est un peu décevant par rapport aux promesses du texte. Mais peut-être auras-tu l'occasion de le recroquer...


Ecureuil

Nuts 08/04/2013 15:38



salut l'Ecureuil, en effet le crobard n'est pas de première, mais la publication d'une nouvelle note s'étant faite attendre, je n'ai pas voulu faire la fine bouche :)


Je compte bien y repasser à l'occasion d'une après-midi calme, qui se transforme généralement en soirée animée (et donc peu propice aux relevés graphiques).


Bises,


l'Abeille